bleu.jpg

Pour les vacanciers, rappelons qu'il s'agit d'un projet sarkoziste qui vise à constitutionnaliser le principe d'équilibre budgétaire.

Récemment, nous nous demandions si le PS, et accessoirement EELV, allaient ou non s'opposer à la fameuse règle d'or de Sarkozy puisqu'ils n'avaient pas signé l'appel commun "Non à la soumission aux marchés financiers ! Les peuples ne doivent pas payer leur crise !"

Depuis les choses ont évolué.

Officiellement, de Montebourg en passant par Hollande, avec l'aval d'Aubry, le PS ne votera pas la fameuse règle d'or.

Dans ce tableau unitaire, seul Valls fait figure de traitre en déclarant :

« je suis favorable au principe d'une « règle d'or »

sheeez.jpg

Or, les apparences sont trompeuses parce que le parti socialiste est favorable au principe de la règle d'or...

En effet, hormis Montebourg, tous participent à une sorte de surenchère. C'est à qui fera la proposition la plus droitière, l'un proposant un chemin entre la rigueur et l'austérité, l'autre à un retour à l'équilibre budgétaire dès 2014, l'une dès 2013, ou l'autre de faire un pas vers la convergence.

A croire que ces gens-là ne lisent et n'écoutent que les économistes de marché à la Cohen et les oligarques...

Nos amis socialistes sont englués dans leur soumission à la règle d'un déficit équivalent à 3 % du PIB qui figure dans les traités de Maastricht et suivants, ne cessant ainsi de donner des gages aux agences de notation... au lieu de défendre un programme de rupture à l'ordre néo-libéral.

Vous comprenez, bonnes gens, c'est la crise, et puis cette dette... Aussi, le PS ne votera pas la règle d'or, mais il l'appliquera !

D'ailleurs, "les marchés" peuvent compter sur le retour de DSK pour maintenir le PS dans l'orthodoxie néo-libérale...