fete.jpg

A de très notables exceptions (JS, Juan), les commentateurs critiques ne portent pas sur le contenu même du billet où nous avions pourtant évoqué l'austérité, Papandreou, le FN, le Mali ou l'Internationale socialiste.

Certaines critiques sont assez drôles et d'autres carrément sectaires.

Ainsi, Antennerelais nous adresse trois reproches :

  • notre billet ne travaillerait pas sur "pièces". Pourtant, nous donnons au lecteur la source du billet incriminé ainsi qu'une capture d'écran d'un commentaire.
  • les 3/4 du billet concerneraient le commentaire du leftblogueur auteur dudit billet. C'est un choix éditorial non fortuit parce qu'il nous a semblé que ledit commentaire était la quintessence même de la pensée de bon nombre de sympathisants du social-libéralisme.
  • les commentaires critiques à notre billet auraient été volontairement bloqués. Censure ? Non, il faut juste avant de valider un commentaire passer le filtre de l'antispam en répondant à une question enfantine.

hache.jpg

De son côté, Gabale accuse le Front de gauche d'être d'extrême gauche (c'est grave docteur ?) et l'allié objectif de la droite (oula quelle fine analyse !). En lieu et place de ce procès d'intention, on aurait préféré qu'il délivre son analyse sur la politique menée depuis juin dernier: est-ce si difficile de convaincre que la politique du gouvernement Ayrault améliore la vie et l'avenir de nos concitoyens ? Sans doute...

On en profite pour lui rappeler que le Front de gauche n'appartient pas à l'extrême gauche, tout simplement parce qu'il compte arriver au pouvoir par tous les moyens y compris légaux, en respectant donc la Constitution comme l'ont fait chez eux les Lula, Chavez, Moralès ou Correa qui ont du battre à la fois la droite et la social-démocratie... Aussi, qu'il ne s'étonne pas si le PS suit la même trajectoire que le PASOK ou le PSOE... et le Front de gauche celle de Syriza.

Enfin, un certain Bembelly n'y va pas avec le dos de la cuillère :

« Ils sont en train de virer fous au FDG ou quoi? Hé ho! les "Henin beaumont", on se calme, arrêtons avec cette hollondophobie!»

Traiter de malades ses adversaires ou ses concurrents politiques relève d'une culture politique qui tient plus au fascisme ou au stalinisme qu'aux Lumières. Les fous, ça s'interne et ça se fait soigner, n'est-ce-pas ? Autant dire que là non plus, une telle expression n'incite pas au dialogue .

Ceci dit, oser évoquer Hénin-Beaumont pour discréditer le Front de gauche est hallucinant quand on soutient le parti socialiste ou le gouvernement Ayrault.

Faut-il rappeler que Hénin-Beaumont est à la fois le symbole des pires dérives du PS municipal et d'une République malade. Dans ce contexte local et national, la défaite de Mélenchon au 1er tour des législatives est anecdotique même si elle est porteuse d'espoirs pour la gauche de transformation sociale.

nucleaire.jpg

Ces Leftblogueurs-là assènent une vérité sans prendre la peine d'argumenter :

  • elle semble se résumer en quatre lettres, TINA. Leur absence de réaction sur les thèmes précités révèle probablement combien ces blogueurs n'imaginent même pas qu'une autre politique est possible par rapport à la mondialisation, au libre-échange, à l'Union européenne, au principe même du remboursement de la dette publique, au capitalisme ou au productivisme. Là se situe la différence avec les blogcheviks.
  • elle semble se limiter à l'horizon électoral. Le PS occupe une position hégémonique à gauche qui légitime sans doute à leurs yeux les orientations social-libérales du gouvernement Ayrault. A contrario, ils estiment que la faiblesse électorale du Front de gauche rend illégitime ses prises de position pour une autre politique, d'où leurs certitudes.

Pour conclure ce billet et en même temps ouvrir un débat dépassionné, cette citation de Blaise Pascal :

« C'est une maladie naturelle à l'homme de croire qu'il possède la vérité.»