Alors, déminons le terrain.

Sauf cécité de ma part, jusqu'à présent, la politique diplomatique de la France ne s'est jamais fondée sur le respect des droits de l'Homme, hormis quelque exception notable pour faire tomber l'apartheid en Afrique du Sud. On peut le regretter tout en admettant que cela l'isolerait sur la scène internationale.

obeystayup.jpg

Par conséquent, il s'agit d'être réaliste et pragmatique en termes de défense et d'intérêts économiques.

Or, l'atlantisme pratiqué par Sarkozy et Hollande n'est ni réaliste, ni pragmatique.

Il fait de la France un vassal des Etats-Unis, et ce faisant, l'écarte de partenaires, en particulier les pays émergents, tels les BRICS, qui pourraient tenir un rôle économique important à l'avenir.

Cet atlantisme ne se fonde pas non plus sur les droits de l'Homme quoi qu'en disent les représentants du pouvoir, les médias dominants, et d'autres qui se situent dans toutes les familles politiques.

Le cas de l'Ukraine est emblématique. Le soutien des Etats-Unis à une soi-disante opposition démocratique a remplacé une oligarchie pro-russe par une oligarchie atlantiste avec de gros morceaux de néo-nazis. Quels sont les intérêts de la France, via l'UE, de s'aligner sur les Etats-Unis dans cette histoire avec le gel des relations commerciales ? Aucun

Imaginez le même scénario à l'envers avec la Russie qui soutient un putsch au Canada ou au Mexique ? Vous croyez que les américains resteraient les bras ballants ? Dans le conflit ukrainien, les droits de l'Homme sont un prétexte pour dissimuler la volonté des américains de diminuer la sphère d'influence de la Russie au risque d'embraser l'Europe.

D'ailleurs, un conflit de même nature risque de se produire avec la Chine avec son flot de victimes, de tensions, de pourparlers, de propagande et de grands experts démocrates à la Robert Ménard dans les médias dominants.

Or, la Russie de Poutine est-elle une ennemie de la France ? A-t-elle l'intention de nous envahir ?

siri.jpg

A priori, non.

Alors, pourquoi ne pas revenir à une relation apaisée et vigilante avec elle comme ce fut le cas de De Gaulle à Chirac ? A l'époque, la France ne soutenait pas le régime de Staline, mais considérait l'URSS comme un partenaire avec lequel on pouvait entretenir des relations diplomatiques apaisées pour discuter, émettre des critiques, avoir des échanges commerciaux.

Pourquoi également s'aligner systématiquement sur les positions américaines, contraires au droit international, en particulier les résolutions de l'ONU, quand il s'agit du conflit israélo-palestinien ?

Je pourrais aussi évoquer le soutien militaire aux islamistes d'une branche d'Al Quaïda aux motifs qu'ils combattent le régime syrien et qu'ils sont "modérés", comme si aucune leçon n'avait été retenue depuis l'invasion soviétique en Afghanistan.

Et que dire des pétromonarchies, grandes amies des USA et de la France, qui sont des régimes théocratiques où les libertés politiques, philosophiques, sexuelles et religieuses sont systématiquement bafouées et les femmes reléguées à des tâches subalternes ?

Quant aux Etats-Unis, on ne peut prétendre qu'ils incarnent les droits de l'Homme. Cet empire qui entend gouverner le monde et imposer ses lois à tous les peuples, est en guerre depuis 1945 sans interruption. Et, que dire du racisme et des inégalités sociales qui font partie intégrante du système américain ou de son interventionnisme sur l'ensemble du continent américain ?

Certes, certains affirment que l'atlantisme permet à la France de bénéficier de la protection militaire des Etats-Unis via l'OTAN, mais, cet argument ne tient pas avec la dissuasion nucléaire.

Par conséquent, l'atlantisme ne sert aucunement les intérêts du peuple français. Les récentes tensions avec la Russie en sont la preuve.

Il n'est ni synonyme de respect des droits de l'Homme et des peuples, ni des intérêts économiques et de sécurité de la France. L'atlantisme doit être au plus tôt abandonné avant que la France devienne complice des pires aventures prédatrices d'un empire qui montre des signes de déclin.

grenade.jpg