loup.jpg

Au commencement du roman, Varg Veum, détective privé, résident d'une petite ville scandinave, s'ennuie jusqu'au jour où deux personnes lui offrent du travail. Il refuse la première offre au motif que ses principes lui interdisent de se mêler à ce qui ressemble à un futur conflit conjugal : il ne fera pas la filature de la femme d'un riche avocat. Peut-être cela lui rappelle-t-il trop son divorce et les difficultés à avoir une vraie relation avec son fils ?

« Filer quelqu'un est une expérience déprimante et angoissante. L'être qu'on file n'est jamais vivant. Jamais il n'est de chair et de sang. Il vit comme une poupée mécanique qui se déplace de lieu en lieu parce que quelqu'un la remonte. »

Par contre, il accepte de surveiller les faits et gestes d'une femme pour le compte d'un homme qui prétend agir pour son père mourant. Cette dernière est l'épouse de l'avocat. Junkie à l'adolescence, elle aurait fui sans depuis donner la moindre nouvelle à sa famille. Le monde est petit, n'est-ce pas ?

« J'ai été assez bête pour tomber dans le panneau, j'aurais pourtant dû me méfier, mais passons. La grande que je me suis posé après le meurtre était pourquoi ? Non pas tellement pourquoi Margrete Moberg a-t-elle été assassinée, mais pourquoi ai-je été engagé ? »

leloup.jpg

Dès le premier crime, la mécanique s'emballe. L'histoire devient sordide avec le riche avocat de trafiquants de drogue et son épouse ex-junkie, la maison close clandestine pour hommes fortunés, de jeunes camé-e-s qui se prostituent, un ancien dealer et sa femme, patrons d'une respectable société qui offrent les services de nounous, des policiers qui ne n'aiment pas voir Varg marcher sur leurs plates-bandes...

« Je m'interrompis. c'était trop bête. Ce genre de choses n'arrivaient pas, pas dans la réalité. Ça n'était pas une raison suffisante pour tout cela. Ça devait cacher quelque chose d'autre. j'en devinais les contours flous, comme quelque chose qui se trouverait au fond de l'eau près d'un quai d'où, installé à plat ventre, je l'observerais. J'ajoutai pensivement : "Mais dans ce cas... dans ce cas, il a fait entrer le loup... dans la bergerie. »

Un roman captivant autant pour son intrigue que pour son atmosphère. Lou disait justement à propos d'un roman de Gunnar Staalesen : « Par-delà une intrigue tortueuse, piégée, lente, on retiendra une écriture sèche comme un assommoir ou parfois tendre et poétique pour évoquer les paysages, les brumes, l'amour. Un roman noir, une histoire d'aujourd'hui. »