super.jpg

Voyons, les jeux, c'est la paix dans le monde et la beauté du sport ! Comme nous ne sommes plus aux temps de l'Antiquité, les membres d'un ensemble hétéroclite [1] insistent sur le coût des JO : seulement 6,6 milliards d'euros... sans compter toutes les retombées économiques et la publicité pour Paris !

Les JO seraient un jackpot, vraiment ?

D'une part, on attend toujours les retombées économiques de l'Euro 2016. En l'espèce, l'UEFA avait imposé un ensemble de conditions lui permettant de capter l'essentiel des bénéfices de cette compétition en termes de droits sur la billetterie, les images, l'alcool et le merchandising. Un vrai scandale, sans parler de conditions fiscales particulièrement complaisantes pour l'UEFA au détriment de l'intérêt général. Je ne serais pas surpris d'apprendre que le CIO impose des conditions similaires. Les JO risquent aussi de nous encombrer d'infrastructures peu adaptées aux besoins de la population et très coûteuses à l'instar des stades surdimensionnés de l'euro.

D'autre part, Paris va enfin être connue dans le monde entier grâce aux JO! Il est de notoriété publique qu'à l'étranger, personne ne connaît, ni n'en a entendu parlé. Mais, ça va changer ! Grâce à Mme hidalgo et M. Macron qui ont convaincu le CIO, Paris deviendra une ville touristique à compter de 2024 ! Peut-être même une des premières destinations touristiques mondiales ? Va savoir !

Enfin, jusqu'à présent, le budget prévisionnel de TOUS les JO a été systématiquement sous-évalué. Sur la base des précédents JO de l'ère moderne, le vrai coût des JO est supérieur de 180 à 200 % aux prévisions budgétaires officielles. Par quel miracle le dossier de Paris échapperait à cette traditionnelle sous-estimation budgétaire ?

protest.jpg

Alors, à vos calculettes...

Pour l'instant, les gardiens de l'orthodoxie budgétaire se félicitent sans retenue de la victoire de Paris. Ceux-là même qui considèrent que toute dépense publique est une perte et un gâchis ne s'attardent pas sur le coût réel des JO, les risques de dérapage et les très hypothétiques retombées économiques !

On pourrait s'étonner de l'attitude de ces obsédés de la dépense publique devant ce cas d'espèce où le risque de gabegie d'argent public est quasiment avéré...

Sauf que les JO enrichiront la caste oligarchique grâce à des contrats et à des marchés publics, voire à de juteux PPP qui plomberont les finances publiques.

Au final, les classes populaires et moyennes qui n'ont pas été consultées sur les JO paieront l'addition. Après tout, les dettes publiques ne sont qu'un prétexte pour imposer l'austérité et la régression sociale aux plus nombreux.

Note

[1] gouvernement, président de la République, majorité municipale parisienne (LREM-PS-EELV-PCF) et droite LR