Comme le rapporte le narrateur du fameux blog Sous les jupes des fonctionnaires, petit speculum de l'administration ordinaire : "Son crime ? Avoir raconté son métier au quotidien, des choses vécues, tout simplement, telles que les grands sites Internet ou les médias nationaux ne les narrent pas. Il est vrai que le blogueur est, tout comme moi, un petit fonctionnaire, c’est-à-dire un individu mal payé, astreint, même dans sa vie privée, mais oui madame, au devoir de réserve et à la dignité dans ses expressions orales et écrites. Au fait, quelle personne importante dénonce cette nouvelle et grave atteinte à la liberté d'expression commise dans notre démocratie ? "

Très bonne question car dernièrement certaines autorités, notamment ministérielles, ont apporté leur (bruyant) soutien à Charlie Hebdo... Deux poids deux mesures pour défendre la liberté d'expression ?