"Le tribunal de police de Paris a condamné le DAL à 12 000 euros d’amende pour avoir installé, du 3 octobre au 15 décembre 2007, un campement de mal logés rue de la Banque à Paris, et les Enfants de Don Quichotte ont été condamnés à la confiscation des quelque 200 tentes qu’ils avaient souhaité installer le 15 décembre 2007 près de Notre-Dame pour des sans-abri.

1 200 000 personnes sont en attente d’un logement social, le droit au logement est loin d’être effectif. La crise sociale, amplifiée par la crise financière, va multiplier les situations de relégation sociale et économique ; une part encore plus importante de la société se trouvera exclue de l’accès au logement.

Ajoutées à l’absence de volonté gouvernementale de prendre à bras-le-corps cette question, ces condamnations à caractère politique, parce qu’elle traitent des militants comme des délinquants, déshonorent l’État.

ATTAC assure le DAL, un de ses membres fondateurs, et les Enfants de Don Quichotte de sa solidarité face à ce déni de justice, d’autant plus scandaleux qu’on apprend, au même moment, la mort d’un SDF dans le bois de Vincennes."

cal.jpg

Ce communiqué d'ATTAC tombe bien. L'opposition, en particulier son plus grand parti, était bien trop occupé dans ses querelles intestines, pour dénoncer cette attaque sans précédent.

Depuis quelques temps, la France, 5ème puissance économique mondiale, compte chaque jour un SDF décédé dans le froid, l'abandon, la misère et l'indifférence.

Les mots de la ministre du logement raisonnent étrangement. Une sorte de compassion toute chrétienne qui ressemble à de l'hypocrisie tant le pouvoir semble étrangement absent et dénué de volonté politique pour proposer, non pas des places dans des foyers, mais de véritables logements.

En situation d'urgence ce même pouvoir a bien été capable de trouver des milliards d'euros pour les banques ! Alors qu'attend-il pour réquisitionner des logements vides ?

En ces temps de récession, les prochains plans de licenciements vont probablement grandir la population de SDF. Il serait temps que le gouvernement mette en place un plan.

.Le logement n'est-il pas, après tout, un droit constitutionnel ?