pse.jpg

En passant devant cette vieille affiche qui date de la campagne des élections européennes de 2009, on se rend compte que le vote pour le PS fut inutile.

En effet, depuis deux ans, l'Union européenne ne cesse de s'enfoncer dans le néo-libéralisme avec l'aide des députés socialistes : le contrôle a priori des budgets nationaux, le plan "d'aide" à la Grèce, la renoncement d'éliminer en Europe les paradis fiscaux, le grand marché transatlantique... Tout cela a été possible grâce aux camarades "socialistes" !

A force de voter les mêmes textes que la droite et d'imposer des politiques dites de rigueur en Grèce, au Portugal ou en Espagne, la social-démocratie a créé la confusion entre la droite et la gauche. Dans ce contexte où le parti dominant à gauche renonce à défendre des idées de justice et de transformation sociale, il ne faut pas s'étonner de la permanence à un niveau élevé de l’extrême droite...

Mais en Espagne, un vent de révolte se lève qui, espérons-le, changera à terme cette Europe du traité de Lisbonne.

Si bien que le slogan électoral du PS de 2009, qui semble aujourd'hui cynique, paraîtra peut-être demain ironique : l'Europe aura changé sans le PS... et son allié, la droite !