ps.jpg

Cher primate, toi qui débarques de ta profonde campagne où les mœurs sont plus débridées que dans n'importe quel sophietelle, sache que nos amis socialistes ont une soif inextinguible de démocratie moderne.

En effet, depuis 1995, les socialistes organisent avec démocratie des primaires où militants et sympathisants se retrouvent démocratiquement pour débattre gaiement et démocratiquement en toute convivialité dans un grand élan de fraternité démocratique socialiste.

Le succès populaire des primaires est tellement démocratique que leurs voisins d'EELV ont démocratiquement eux-mêmes organisé les leurs, en débauchant démocratiquement une vedette de télévision sponsorisée par des firmes de l'industrie pétrochiminucléaire et une juge affublée démocratiquement de la paire de lunettes de Coluche !

Mais, revenons démocratiquement à nos démocrates moutons socialistes.

Les socialistes sont démocratiquement par essence de grands démocrates. N'est-ce pas Régolène Soyal qui disait :

«je veux de solides garants en période d'élection.»

Les plus démocrates des superlatifs sont trop faibles pour caractériser leur attachement à la chose démocratique. Les socialistes vivent, mangent, respirent, baisent boivent la démocratie. N'est-ce pas H. Follande qui amusait démocratiquement la galerie avec ce bon mot ?

«Ahhh près d'un scrutin, j'aime bien vider les urnes !»

magritte9.jpg

Aussi, cher ami primate, tout camarade socialiste doit être démocratiquement élu après un débat démocratique pour devenir démocratiquement 1er secrétaire des socialistes ou simple secrétaire de section. Au risque d'apparaitre pédant, il me plait de répéter cette sublime citation du grand philosophe socialiste Pincent Veillon qui disait en substance :

«La démocratie au parti socialiste est un long vote tranquille »

Afin que tu appréhendes bien la passion démocratique de nos amis socialistes, nous allons faire œuvre de pédagogie en illustrant notre démonstration avec l'exemple démocratiquement concret du dernier exercice démocratique d'ampleur nationale que fut le démocratique congrès de Reims.

Vois-tu camarade primate, après de longs et fructueux débats démocratiques, Martine Delors Aubry fut démocratiquement élue à l'issue d'un vote encore plus démocratique que la démocratie, et cela sous les lumières des médias dominants. Ces garants de l'information démocratiquement pluraliste disaient :

«un spectacle démocratique, émouvant et remarquable de démocratie, preuve éclatante que la démocratie démocratique favorise le débat démocratique dans le sens l'union et de l'efficacité démocratiques favorisées par la démocratisation des réseaux sociaux... »

Or, l'organisation démocratique de primaires aussi démocratiques que le congrès démocratique de Reims nécessite, dans les délais impartis démocratiquement, la possession momentanée du fichier des listes électorales comme l'a rappelé Vanuel Malls :

«Le PS a déjà le choix dans la date pour garantir de belles élections primaires.»

Seulement voilà, l'UMP, le parti qui soutient le président de la République, démocratiquement élu en mai 2007, est lui-aussi démocratiquement soucieux des questions démocratiques.

Le parti démocratique du président possède une vraie expertise démocratique en matière de fichiers. Aussi, estime-t-il démocratiquement que la démocratie risque d'être menacée si le parti socialiste organise des primaires démocratiques sur la base desdits fichiers : un vrai cas démocratique de conscience démocratique !

Bref, le débat démocratique fait rage !

Les démocrates socialistes estiment que l'UMP a peur de la démocratie populaire socialiste, ce à quoi le grand démocrate M. J-C Fopé rétorque :

«nous ne craignons pas la curée avant l'élection !»

Ami démocrate primate, tu comprends maintenant pourquoi, la France d'en bas et d'en haut en passant par le milieu forcément démocratique se passionne démocratiquement pour la question démocratique des listes électorales et des primaires socialistes.

Nous pourrions poser ainsi le débat, en des termes simples et vulgaires pour les besoins de compréhension de tes congénères :

«Une démocratie doit-elle aider un parti aussi démocratique que le parti socialiste à organiser démocratiquement des élections internes démocratiques ouvertes sur l'extérieur pour désigner forcément démocratiquement son candidat à l'élection présidentielle ? »

primaires.mode.demploi.jpg

Cher primate, en qualité d'expert et de pédagogue, notre position nous interdit de rompre notre serment d'objectivité en répondant à cette question.

Néanmoins, cette polémique sur ces primaires ouvertes est une bouffonnerie, une opposition superficielle entre des partis qui ont, sur l'essentiel, la même vision des choses, du traité de Lisbonne au grand marché transatlantique en passant par les plans d'ajustement structurel de la Grèce, voire le droit de veto de l'UE sur les budgets nationaux.

Le débat des primaires est médiatique et artificiel, il ne concerne que la toute petite sphère de militants et de sympathisants et les éditocrates... Mais pour le reste de la population ?