Le taulier de la République du peuple pousse un coup de gueule légitime :

« Y a t-il un programme politique qui interdit le parachutage lié évidemment au carriérisme ? un vrai mal bien français ! qui tue notre démocratie ! qui écœure les électeurs , qui du coup ne vont même plus voter ! qui du coup , fausse les résultats de chaque élection ! »

front_de_gauche.jpg

Avant d'entrer dans le vif du sujet, il faut préciser que le député est un élu de la Nation toute entière, et qu'il ne représente pas un territoire particulier contrairement à un conseiller général ou régional.

Néanmoins, les parachutages de confort révèlent une des nombreuses dévives d'un régime oligarchique dont le personnel politique est professionnalisé, uniforme sociologiquement, quasiment consanguin ou népotique, qui ne se renouvelle presque pas, qui a quasiment toujours gagné sa vie grâce à la politique, et qui progressivement est coupé de la réalité vécue par le peuple. A tel point que les dirigeants qui infligent la rigueur au peuple et qui n'en subissent aucune conséquence dans leur vie sont encensées et considérés comme courageux !

Le bipartisme a permis l'émergence d'une classe politique dominante, souvent cumularde pour se prémunir contre la précarité, partagée entre deux partis, l'un conservateur et l'autre social-démocrate qui défendent des idées plus ou moins néo-libérales, et qui considèrent que l'économie de marché, mondialisée et du libre-échange sans entrave, est indépassable.

voteutile.jpg

La proximité idéologique est telle que le clivage gauche - droite est devenu si superficiel qu'on a vu en France des leaders changer de camp sans qu'ils changent de discours, en Allemagne des alliances droite-gauche, voire même l'extrême droite en plus comme en Grèce pour imposer la régression sociale !

De plus, le système médiatique, aux mains du pouvoir en place et de l'oligarchie, interdit ou caricature le débat politique. Toute parole contraire à l'orthodoxie néo-libérale est tue ou déformée, volontairement mal interprétée, caricaturée, dénigrée, et son auteur insulté. Le Front de gauche est sous-représenté dans les médias par rapport à son poids électoral.

Tout cela n'est pas le fruit du hasard.

En France, le bipartisme a été organisé par les institutions de la Vème République afin de stabiliser le système. Les réformes constitutionnelles, en particulier l'élection du président de la République au suffrage universel direct, ont accentué la dérive monarchique et l'intégration à l'Union européenne tend à bloquer toute alternative politique : les dogmes néo-libéraux sont gravés dans le marbre du traité de Lisbonne et la règle d'or risque de devenir constitutionnelle pour empêcher tout choix démocratique sur les choix budgétaires.

Si le Front de gauche devient majoritaire, il donnera au peuple les moyens de se débarrasser de cette république monarchique. La révolution citoyenne passera par la convocation d'une assemblée citoyenne, laquelle créera la VIème République. [1]

VIR.jpg

Note

[1] Pour éviter des redites, je vous invite à lire le billet d'Annie du blog Pensée Libre qui expose minutieusement les grandes lignes de L'humain d'abord, le programme partagé du Front de gauche.