Journaliste de renom, écrivain de best-seller, éditocrate impitoyable et sémillant présentateur de télévision, Franz-Olivier Giesbert est une célébrité mondaine multicarte, aussi bien appréciée au centre qu'à droite que chez une certaine gauche.

Cet individu est l'archétype de l'intellectuel de marché, européen libéral convaincu. Les plus anciens se souviennent qu'il défraya le lanterneau en passant du NouvelObs de Jean Daniel au Figaro de Hersant, révélant ainsi combien la frontière entre le social-libéralisme et le néo-libéralisme est ténue.

Aujourd'hui, ce bon Franz-O dirige Le Point, le genre de mags que nous évitons par souci de préserver notre santé. A dire vrai, son dernier édito est un petit bijou : Et si le problème, c'était les Français ?.

Examinons la chose. De sa tour d'ivoire, notre Montaigne du 21ème siècle daigne condescendre à suspendre l'écriture de son nouveau chef d’œuvre de la littérature (seulement française ?), pour livrer à ses contemporains ses précieuses pensées.

franz_olivier_giesbert.jpg

Voyez-vous, ce phare de l’intelligence considère, le constat est sans appel, que la France a un problème.

Selon notre futur prix Nobel de l'économie, le problème n'est pas l'équipe gouvernementale actuelle, ni les précédentes, ni d'ailleurs celles qui n'ont jamais été au pouvoir. Au demeurant, notre politologue distingué estime que PS, UMP, FN, EELV, MoDem, FDG, c'est du pareil au même, regroupant le tout sous le vocable de classe politique ! FOG ne s'emmerde pas à chercher les différences entre ces organisations, à étudier les bilans, ni d'ailleurs les programmes !

Le problème, induit notre fine plume, ce n'est pas la pauvreté et la précarité sociale, le manque de logements et les SDF, la désindustrialisation et le dumping social, la RGPP et la casse des services publiques, ou la démocratie à bout de souffle et la non consultation du peuple sur des textes qui réduisent la souveraineté nationale.

Tous ces éléments sont évidemment accessoires pour notre humaniste !

Le problème de la France c'est TOI ! Oui, toi lectrice et toi aussi, lecteur !

Voici un extrait de la substantifique moelle de matière grise de notre FOG national :

« Mais bon, il ne semble pas que les Français aient envie, aujourd'hui, de prêter l'oreille à un discours de vérité. Ils vivent depuis trop longtemps dans une bulle où on les entretient et d'où ils ne veulent sortir sous aucun prétexte. Ils restent dans le déni.»

S'en suit une leçon de morale où, à mots à peine couverts, notre grand homme dénonce l'égoïsme du peuple qui vit dans sa bulle, le manque d'esprit collectif et national, et même la faillite des élites et des médias ainsi que l'enfumage général. Comprenez que notre immortel homme de plume est ailleurs, ni dans le peuple, ni dans les élites, ni dans les médias !

DONC :

Le problème de la France c'est TOI !

Il fallait y penser, non ?

C'est là que l'on reconnait indubitablement la pensée imbitable d'un éditocrate, en ce qu'elle vise à asséner des affirmations fantaisistes sur le ton péremptoire de la vérité révélée, en citant parfois, pour faire savant, un autre éditocrate !

Bref, pour cette noble plume, grassement rémunérée par l'oligarchie, sans le peuple français, la France ne serait pas endettée à près de 90% de son PIB. Si les français étaient moins égoïstes... s'ils se serraient encore plus la ceinture, s'is acceptaient des sacrifices..................................................................................... hébé la dette disparaîtrait, c'est simple, n'est-ce-pas ?

Toute l'argumentation de FOG est destinée à effrayer avec la dette, tel un vulgaire Apathie, Minc, Sylvestre.

90% du PIB, c'est grave docteur?

historique-dette-publique-france.jpg [1]

En fait, non !

Les politiciens de droite, de gauche, du centre et d'extrême droite, hormis le Front de gauche, répètent inlassablement qu'IL FAUT REMBOURSER LA DETTE sinon attention.......... on connait la chanson !

C'est à ce moment-là que les néo-socio-écolo ou facho-libéraux sortent le concept de la gestion de bon père famille parce que ce dernier veillerait à ne pas dépenser plus que sa famille ne gagne, quitte à réduire les dépenses. Et tous les partis -hormis le Front de gauche - de présenter leur propre recette d'austérité et de rigueur pour réduire la dette, à base de régression sociale....

Si 90 % du PIB représente une somme en euros impressionnante, il n'en demeure pas moins que FOG et les austéritaires omettent de préciser que la dette n'est pas à rembourser en une seule année.

D'ailleurs, le fameux bon père de famille, qui s'endette généralement à plus de 90 % de son budget annuel pour acheter l'appartement ou la maison, ne rembourse pas sa dette en un an, mais sur une ou deux dizaines d'années.

Donc, sachant que la France emprunte en moyenne sur 7 ans, la dette ne représente pas 90 % mais seulement 12 % du PIB ! Il n'y a donc pas un problème de la dette !

Et si, les austéritaires contestent cette argumentation, peuvent-ils expliquer pourquoi et comment la France de la fin des années 40-50, pauvre et très endettée jusqu'à 200 % du PIB, a pu mettre en œuvre le programme du Conseil National de la Résistance ?

evolution_de_la_dette1.jpg

Et, pourquoi la France, très riche et peu endettée de 2012, devrait-elle se priver des services publics de qualité, de la sécurité sociale, du droit du travail, de la solidarité nationale, du SMIC et de la retraite à 60 ans à taux plein pour tous?

Objectivement, rien ne justifie la boucherie sociale.

Par conséquent, si les français sont le problème comme le présume FOG, alors ils sont exclusivement le problème de l'oligarchie parce que le peuple rejette les politiques austéritaires de régression sociale.

Notes

[1] Les crises - Perte du Triple A des USA : Cessez le fou !