fermeture27052012.jpg

Cette semaine, le Journal de Saône-et-Loire a mis en ligne une tribune du Front de gauche intitulée "Travail du dimanche : un choix de société" dont voici un extrait, en guise de mise en bouche :

« Le capitalisme valorise une société boulimique de consommation, un monde du temps court qui conditionne les êtres humains au temps court de la rentabilité financière. Il faut travailler plus, plus longtemps, plus vieux, le dimanche, les jours fériés, (...) 63% des salariés travaillent déjà avec des horaires atypiques, la nuit, le week-end, les jours fériés, etc. Les politiques de dérégulation sociale et de démantèlement du Code du Travail, nous conduisent à une régression sociale et économique qui touche tous les salariés et particulièrement les jeunes et les femmes.»

fermeture270512.jpg

Et nos amis de conclure :

« Les projets d'ouverture le dimanche des grandes surfaces dans le Bassin minier nous interpellent et nous disons clairement notre opposition. Nous serons disponibles pour d'éventuelles actions organisées par les salariés concernés et demandons aux nouveaux pouvoirs publics d'interdire le travail dominical partout, sauf quand il est vraiment nécessaire. »

Voyez, même en Saône-et-Loire, les menaces d'ouvertures dominicales pèsent sur les salariés ! N'est-ce pas une provocation gratuite ? Au nez et à la barbe de notre grand ministre du redressement productif ! Fort heureusement, les 10 et 17 juin, nous pouvons envoyer à l'Assemblée nationale une majorité de députés de gauche, si possible du Front de gauche, pour abroger la loi Maillié.