ubullande.jpg

Les éditocrates :

Sapristi, la guerre menace toute l'Europe !

Président Ubu :

Ventrebleu, de par ma chandelle verte, Moi président Ubullande, je ne laisserai pas le camp de la démocratie et du bien envahi par les forces du mal !

Le ministre des phynances

Bougre de con, la guerre est excellente pour réamorcer la pompe à phynances !

Les éditocrates :

Sapristi président Ubullande, votre politique étrangère est très ambitieuse !

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, la politique de la France ne se limite pas à l'Europe.

Le ministre des phynances

Cornegidouille, notre politique étrangère est la seule politique possible d'après le FMI, la Banque mondiale, l'OCDE, les médias dominants, le forum de Davos, la BCE, le G20, le MEDEF, l'UMP, le MoDem, le FN et le PS !

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, nous suivons la ligne fixée Nicolas Sarkozy qui est foutrement plus courageuse que celle initiée par De Gaulle !

Le ministre des phynances :

Cornegidouille, grâce à votre science militaire président Ubullande, la guerre au Mali est un total succès !

Les editocrates :

Merdre, n'est-ce pas une politique colonialiste qui ne dit pas son nom ?

Le ministre des phynances :

Vrout merdre, le président Ubullande ne pouvait pas laisser les richesses de nos amis aux mains de puissances maléfiques !

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, quand j'ai appris que la démocratie au Mali était menacée, Moi président Ubullande, je n'ai point tergiversé. j'ai bouté les islamistes hors du pays et organisé des élections démocratiques !

Les éditocrates :

Merdre, vous dites vrai président Ubullande, les images fournies par les armées ou par nos reporters triés sur le volet et accompagnés par les militaires étaient de toute beauté.

Le ministre des phynances :

Cornegidouille, comme dit le président Ubullande, moi président Ubullande, je veille à la stricte indépendance et au pluralisme des médias dominants.

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, j'ai toujours défendu les valeurs démocratiques et le droit international, garants des droits de l'Homme.

Le ministre des phynances :

Merdre, comme l'ont dit Reagan et Thatcher, Bush et Pinochet, le capitalisme est par nature démocratique !

Les éditocrates :

Sapristi, l'intervention en Centrafrique n'a pourtant pas obtenu le feu vert du conseil de sécurité de l'ONU, ni d'ailleurs celle du Parlement.

Le ministre de la guerre :

Cornegidouille, quand la démocratie s’embarrasse d'OTAN de formes, cela ne peut nuire qu'au bien et aux biens, et en définitive à la démocratie elle-même.

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, quand j'ai découvert que les mines d'uranium et les matières premières étaient menacées, mon sang rose n'a fait qu'un tour !

Le ministre des phynances :

Cornegidouille, c'est de la dialectique !

Les éditocrates :

Merdre, président Ubullande, n'avez-vous pas craint de placer la France dans une situation délicate par rapport à la communauté internationale ?

mediacratie.jpg

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, j'ai beau être corrézien et chiraquien, je n'en demeure pas moins hostile au gaullisme et au mitterrandisme dans le domaine international !

Le ministre des phynances :

Merdre, nous agissons sur ordre des États-Unis.

Les éditocrates :

Sapristi, est-ce à dire que la France est le vassal des States ?

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, seriez-vous des journalistes de L'Humanité, du Monde Diplomatique, de Fakir ou de Politis pour prétendre que mes interventions étrangères sont illégales contre les forces diaboliques ?

Le ministre des phynances :

Merdre, la défense du bien et de la démocratie est par essence légale !

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, Moi président Ubullande, je connais l'Histoire. Je considère que les États-Unis ont toujours défendu les valeurs et les régimes démocratiques !

Le ministre de la guerre :

Merdre, quand des puissances étrangères ne respectent pas les frontières d'un pays, il est de notre devoir d'intervenir !

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, moi président ubullande, j'estime que la Russie n'a strictement rien à faire en Ukraine !

Le ministre de la guerre :

Merdre, j'espère que la communauté internationale ne minaudera pas. L'exemple syrien suffit... assez de pourparlers, de l'action !

gouverner.jpg

Les éditocrates :

Sapristi président Ubullande, vous devriez logiquement intervenir pour contraindre Israël à respecter les frontières

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, vous ne comprenez goutte à la science diplomatique !

Le ministre de la guerre :

Cornegidouille, Israël est un pays ami et nous ne nous mêlons jamais des affaires de nos alliés. C'est une question de principe diplomatique !

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, la communauté internationale s'y opposerait ! Et, foi de président Ubullande, il n'est pas dans mes principes démocratiques de violer le droit international !

Le ministre des phynances :

Cornegidouille, le président Ubullande veut apporter la prospérité économique et la paix sociale européenne et américaine en Ukraine.

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, il ressort de mon analyse que le précédent pouvoir en Ukraine était oligarchique et impopulaire !

Les éditocrates :

Sapristi président Ubullande, le président ukrainien avait été pourtant démocratiquement élu... comme vous. De surcroît, des accords bilatéraux autorisent la Russie à avoir des troupes en Ukraine

Le ministre de la guerre :

Cornegidouille, défendriez-vous l'intervention de la Russie ?

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, le précédent pouvoir ukrainien était surtout russophile !

Le ministre de la guerre :

Cornegidouille, comme le souligne l'immense président Ubullande, l'oligarchie, l'impopularité et la corruption ne sont pas incompatibles avec nos principes démocratiques, à condition qu'ils soient européens ou américains !

Le ministre des phynances :

Parbleu, j'affirme qu'ils sont la preuve d'une saine et progressiste politique économique et sociale !

Les éditocrates :

Sapristi, le capitalisme n'a jamais été aussi florissant en occident !

merde.jpg

Président Ubu :

Bougre d'imbéciles, tout cela est évident, moi président Ubullande, je me battrais pour instituer un SMIC européen plus bas que le SMIC français !

Le ministre des phynances :

Cornegidouille, on dira au PS et à EELV ainsi qu'à la CFDT, la CFTC et à la CGC que le SMIC français doit s'aligner sur le SMIC européen !

Président Ubu :

Bougre d'imbéciles, c'est le sens du progrès social puisque c'est l'UE qui l'impose !!!

Le ministre de la guerre :

Cornegidouille, revenons aux faits et à l'Ukraine où je crois savoir que les russes disposent d'armes de destruction massive !

Le ministre des phynances :

Merdre et merdre, le rapport secret de BHL, disponible dans toutes les librairies, est sans ambiguïté : le nouveau gouvernement ukrainien défend les droits de l'Homme et la démocratie !

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, j'ai hâte d'acheter son prochain chef d’œuvre ! Je philosophe à mes heures...

Les éditocrates :

Sapristi président Ubullande, c'est un véritable chef d’œuvre qui surpasse celui sur la Libye !

Le ministre de la guerre :

Merdre, Président Ubullande, cet indomptable auteur maudit estime que vous écrivez une glorieuse page de l'atlantisme !

Le ministre des phynances :

Cornegidouille, voilà qui va choquer la bien-pensance et provoquer les chiens de garde du politiquement correct !

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, ma politique diplomatique suit les mêmes principes que ma politique économique...

Le ministre des phynances :

Cornegidouille, le Medef est très compétent !

Le ministre de la guerre :

Ventrebleu, les Etats-Unis, plus encore !

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, Moi président Ubullande, j'aide le patronat et l'Empire à agir à leur guise...