affiche.jpg

La disparition de Christophe De Margerie a suscité, tous horizons politiques, jusqu'à J-V Placé, un concert unanime d'hommages.

Dans ce contexte, les propos de Gérard Filoche, ont quelque peu détonné :

« De Margerie est mort. Famille Taittinger en deuil. Ils sont fragiles. Le successeur volera-t-il moins ? »

La réaction du docteur Cambadelis, le premier secrétaire du parti le si mal nommé socialiste, contre son camarade Gérard Filoche ne s'est pas fait attendre :

« La dimension de "suceurs de sang", des capitalistes et des patrons ne pouvait pas représenter le PS. C'est la raison pour laquelle j'ai déféré Gérard Filoche devant la haute autorité du PS. »

Pourtant, Gérard Filoche ne disait que la vérité sur un illustre représentant de l'oligarchie aux revenus indécents et injustifiés, à moins de considérer comme normal qu'un quidam gagne plus de 206 SMIC...

affichee.jpg

Un patron qui pratiquait l'optimisation fiscale, faisant en sorte que Total ne paie aucun euro d'impôt sur les sociétés et reçoive bientôt 79 millions d'euros au titre du CICE, malgré un bénéfice net de 8, 4 milliards d'euros !

Pour avoir rappelé de quoi le patron de Total était le nom, Filoche a commis un crime de lèse-majesté (le tabou des grands patrons...) qui mérite son exclusion du parti selon Cambadelis, Valls et les autres éléphants.

Décidément, la solidarité entre camarades, l'échange d'idées, le débat démocratique, le respect ne sont plus de mises au "PS" puisque ses plus grands responsables ont activement participé à un lynchage politique et médiatique qui rappelle, au demeurant, celui dont Jean-Luc Mélenchon fait habituellement l'objet.

Cet épisode confirme, en arrière-plan, combien la politique conduite par Hollande est au service du grand patronat et du capital.

Pour paraphraser Valls, je conclus ce billet en affirmant que ce n'est pas Filoche qui mérite de ne pas rester au "PS", mais le "PS" qui ne mérite pas Filoche. Et de façon générale, le "PS" ne mérite plus aucune voix de la gauche.

vuitton.jpg