lollande.jpg

Les éditocrates :

Sapristi, Monsieur le président Ubullande, nous vous remercions de nous accorder cette interview exclusive et non complaisante, juste après la terrible débâcle électorale du parti socialiste.

Président Ubu :

Ventrebleu, de par ma chandelle verte, Moi président Ubullande, j'estime que vous êtes au Monde, à Libération, Au Point, au Parisien, à l'Express, au NouvelObs, au Figaro, aux Echos, à TF1, à M6, à BFMTV, à Radio France, à France Télévisions, à RMC, à la Tribune, à Ouest France, mes meilleurs communicants !

Le ministre des phynances

Bougre de con, et Valeurs Actuelles Président Ubullande !

Les éditocrates :

Sapristi président Ubullande, le 1er tour des élections régionales est un terrible désaveu contre votre politique.

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, les françaises et les français ont voté massivement pour soutenir ma politique.

Le ministre des phynances

Cornegidouille, voilà une analyse fulgurante de lucidité.

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, c'est bien le Front national qui a progressé le plus et qui est susceptible de remporter la majorité des régions, non ?

mvalls.jpg

Le ministre des phynances :

Cornegidouille, la victoire en 2017 est assurée !

Les editocrates :

Merdre, nous n'y comprenons plus rien? Comment pouvez-vous faire une telle affirmation alors que votre parti a subi une cuisante défaite ?

Le ministre des phynances :

Vrout merdre, ne raisonnez pas à court terme !

Le ministre premier :

Cornegidouille, le FN est un allié objectif contre lequel nous nous battons officiellement !

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, Marine Le Pen est mon seul espoir pour être réélu triomphalement en 2017 !

Les éditocrates :

Merdre, vous dites vrai président Ubullande, être cynique à ce point relève de la perfection...

Le ministre des phynances :

Cornegidouille, le président Ubullande est le fleuve de la pensée que le monde entier nous jalouse.

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, le résultat des listes FN prouve que les gens veulent plus d'ordre et de sécurité, de Marseillaise et de reconduites à la frontière.

il n'est pas trop tard...

Le ministre des phynances :

Merdre, d'où l'engagement de constitutionnaliser l'état d'urgence.

Les éditocrates :

Sapristi, en tant que journalistes indépendants, neutres et objectifs, nous sommes béats d'admiration.

Le ministre de la paix :

Cornegidouille, le Président Ubullande ne compte pas fléchir !

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, j'ai l'ambition de siphonner les idées de l'extrême droite puisque j'en ai fini avec le programme de la droite.

Les éditocrates :

Merdre, président Ubullande, le résultat dépasse les rêves les plus fous du MEDEF !

Le ministre des phynances :

Cornegidouille, nous pourrissons le grand patronat de cadeaux : CICE et ses 40 milliards d'euros offerts aux entreprises du CAC 40 sans aucune contrepartie, ANI, refus de l'amnistie sociale, casse du droit du travail...

Les éditocrates :

Merdre, le bilan de droite du président Ubullande est remarquable. Nicolas Sarkozy le reconnait en off...

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, la déchéance de la nationalité enverra un signe fort au corps électoral !

Le ministre des phynances :

Merdre, en tant qu'ancien énarque et financier spéculateur, c'est une simple mesure technique et symbolique qui ne gênera pas les affaires !

naufrage.jpg

Les éditocrates :

Sapristi, le président Ubullande est d'un pragmatisme sidérant...

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, je vais faire voter par les parlementaires socialistes des lois plus sécuritaires et ségrégationnistes les unes que les autres.

Le ministre des phynances :

Bordel de merdre, à côté le Patriot act de Bush Jr, c'est de la nionotte !

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, Moi président Ubullande, je reprendrais d'autres propositions frontistes, en particulier dans le domaine social!

Le ministre des phynances :

Merdre, à l'extrême droite toute !

Le ministre premier :

Sapristi, allons-y franco !

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, moi président ubullande, je vais supprimer la cantine gratuite aux enfants de chômeurs !

Le ministre premier :

Merdre, le président Ubullande n'a pas le tabou du cynisme comme il l'avait démontré précédemment dans son discours du Bourget.

Le ministre des phynances :

Cornegidouille, c'est une mesure frontiste de bon sens...

psold.jpg

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, moi président Ubullande, j'estime aussi qu'il ne faut pas encourager l'assistanat

Le ministre des phynances :

Cornegidouille, le président Ubullande est un homme du terrain et du terroir.

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, je dirais même plus, après 12 mois de chômage, les indemnités et diverses aides ne seront plus versées !

Les éditocrates :

Sapristi président Ubullande, vous reprenez carrément la dernière proposition du n° 2 du FN.

Le ministre de la paix :

Cornegidouille, le génial président Ubullande n'est pas sectaire, il est preneur de toutes les bonnes idées.

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, le président du MEDEF est extrêmement favorable à cette mesure qui pourrait être associée à une baisse des charges patronales puisque les chômeurs ne nous couteront plus rien !

Le ministre premier :

Cornegidouille, comme le souligne l'immense président Ubullande, c'est ainsi que l'exécutif soutenu par sa majorité parlementaire protégera la démocratie.

Le ministre des phynances :

Parbleu, c'est une évidence !

Les éditocrates :

Sapristi, quelle liberté de parole...

Président Ubu :

Bougre d'imbéciles, tout cela est évident, moi président Ubullande, j'exploite tout pour assurer ma réélection !

Le ministre des phynances :

Cornegidouille, quel avenir radieux !

Président Ubu :

Bougre d'imbéciles, c'est ce que je m'efforce vous dire !!!

Le ministre de la paix :

Cornegidouille, le président ubullande a fait grand bond en avant dans les sondages depuis les attentats !

Le ministre des phynances :

Merdre et merdre, les français sont raisonnables.

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, je suis le garant des libertés.

Les éditocrates :

Sapristi président Ubullande, il va falloir beaucoup de pédagogie pour expliquer au public votre nouvelle stratégie.

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, cet entretien est strictement confidentiel et doit le rester !

Le ministre des phynances :

Cornegidouille, le président Ubullande sous-entend qu'il est prêt à faire voter une proposition de loi de députés "socialistes" pour contrôler tous les médias !

Le ministre de la paix :

Ventrebleu, nous sommes à l'écoute du peuple !

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, Moi président Ubullande, je vais appliquer le programme du Front national après celui de la droite...

Les éditocrates :

Sapristi, président Ubullande, ce que vous dites est lumineux...

Le ministre de la paix :

Ventrebleu, le président Ubullande a des principes et des valeurs.

Le ministre de la paix :

Cornegidouille, le président Ubullande est un homme de convictions !

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, Moi président Ubullande, mes convictions se trouvent là où sont mes intérêts...

Les éditocrates :

Sapristi, président Ubullande, quelle détermination.

Président Ubu :

De par ma chandelle verte, Moi président Ubullande, je compte sur vous, les médias !

Les éditocrates :

Sapristi, président Ubullande, en tant que journalistes politiques d'investigation, neutres, objectifs et indépendants aux forces politiques et de l'argent, nous n'y manquerons pas, vous êtes le seul garant de la démocratie et des libertés publiques

radeau.jpg