fermeture05022017.jpg

Le seul quotidien national indépendant de tout milliardaire, L'Humanité, a interviewé les sociologues Laurent Lesnard et Jean-Yves Boulin qui viennent de publier une analyse sur le travail dominical. Ils distinguent le travail dominical à domicile qui préserve le lien social au sens général à celui hors du domicile :

« Avec un dimanche entièrement travaillé à l’extérieur, les temps de sociabilité diminuent mécaniquement. On peut objecter que ces conséquences existent aussi en semaine. Mais notre étude démontre qu’un coût social supplémentaire s’ajoute avec le dimanche. Ce jour est en effet consacré aux liens parents-enfants et à la sociabilité amicale. Pour le travail dominical hors domicile, ces temps sont perdus car ils ne peuvent être compensés par un jour de repos en semaine. »

fermeture0502217.jpg

De surcroît, le travail dominical hors domicile impacte plus les classes populaires :

« Il est un facteur d’inégalités sociales, car le travail dominical hors domicile, soit le plus pénalisant socialement, concerne surtout les ouvriers, les employés du commerce et des services, notamment publics (transports, police, santé…). Le travail dominical à domicile touche quant à lui un peu les cadres, mais surtout les professions intellectuelles et culturelles. D’autre part, le travail dominical s’ajoute très souvent à des temps de travail décalés et à des horaires atypiques dans la semaine : travail le samedi, travail lors de pics de fréquentation, à l’image des caissiers employés le midi et en fin de journée. Avec le dimanche et les horaires imposés la semaine, certains salariés cumulent donc les mauvaises conditions de travail. »

L'étude souligne que seuls 4 % des salariés s'estiment libres et 86 % se considèrent contraints. Cette proportion m'étonne en raison des contrats à temps partiels imposés et des bas salaires. Cela démontre que les salariés sont attachés à disposer d'une journée commune pour profiter de leurs enfants, leur famille et leurs amis.

fermeture050217.jpg

Les auteurs de cette étude s'interrogent sur la pertinence de la banalisation du travail dominical :

« Des services sont indispensables. Mais a-t-on besoin du tout ouvert ? (...) ce débat souffre d’un manque d’étude scientifique et de trop d’idéologie. C’est d’autant plus vrai en termes économiques : les effets positifs de l’ouverture des magasins le dimanche restent à démontrer. »

fermeture0522017.jpg

C'est tout de même bizarre que les parangons de la modernité (Macron) et de la gauche officielle (Hamon) ne remettent pas en cause cette tendance, non ? Certes, la réponse est évidente pour le premier qui est le promoteur de l'insécurité sociale et le représentant du CAC 40 dans cette présidentielle, mais pour le second que dire ? Que cette gauche incarnée par le PS a perdu la quasi totalité de ses marqueurs idéologiques en 5 ans d'hollandisme.

« »