A priori, nous doutons qu'un tel combat, solitaire, puisse faire avancer la cause qu'elle défend... Il est à craindre qu'elle devienne une victime (volontaire ?) du système.

Certaines personnes se complaisent dans la souffrance... Certaines causes, parait-il, exigent des martyrs... Nous ne pouvons dire si Arthénice entre dans ces cas extrêmes.

La République est ce qu'elle est :

  • imparfaite, à bien des égards impitoyable pour les plus faibles;
  • guère démocratique, surtout dans une époque dominée par certains lobbies médiatiques et la Communication;
  • injuste, en cela qu'elle oblige les non-rentiers à bosser toute une vie, pour gagner au moins le strict nécessaire pour vivre, voire aliénante;
  • inégalitaire, avec notamment le phénomène de la reproduction sociale;
  • autoritaire, puisque nous devons respecter des lois parfois injustes;
  • sécuritaire...

Cette liste non exhaustive prouve que le système doit être amélioré. Malgré tout, pour employer une expression gauchiste, la "démocratie bourgeoise" est certes imparfaite, mais, jusqu'à preuve du contraire, c'est le moins mauvais des régimes, par rapport aux républiques populaires et démocratiques ou aux régimes fascistes...

Un citoyen de droite n'aurait sans doute pas été si sévère pour la république. Il aurait soulevé d'autres points et souhaité plus de concurrence, de liberté économique, d'ordre, et moins d'assistance, d'impôts et de laïcité...

La femme et l'homme de gauche estiment eux que le système est perfectible, qu'il doit être transformé, révolutionné, ou réformé... pour réduire ou mettre un terme aux injustices, aux inégalités, aux pratiques antidémocratiques, etc.

Comment donc combattre ce système, comment le rendre moins injuste ? Et avec quelles armes ? Faut-il respecter la loi ou pratiquer la désobéissance civile ?

Jusqu'à présent, nous acquittons nos impôts... Nous avons également le permis mais pas de bagnole, à Paris, on peut s'en passer...

Bref, nous utilisons les moyens tolérés par le système, en espérant vivre un événement digne du front populaire, de mai 68 et 1981, voire de 1997 avec les 35 heures...