"Maintenant, ils nous matent à la télé, ils se branlent à l'insécurité, à la pornogéographie des cités". (page 22)

"Hier ils exploitaient nos muscles et notre résistance aux odeurs, aujourd'hui ils exploitent notre image."

"J'ai vu les hommes des médias venir dealer des infos pour dramatiser leurs flashes."

Ce petit bouquin de 90 pages, sorti dans la collection de poche des éditions des mille et une nuits, est un ovni dans le ciel paisible de la littérature française... Jean-Marc Parisis ne ressemble pas aux écrivains de salon et de concours qui s'autocélèbrent et s'autocongratulent.

renvoi.jpg

Voici un livre sur la banlieue et Paris, la France, sur la politique et les intellectuels, sur un naufrage collectif et individuel, sur un copain "mal né" et un "petit écrivain de merde." Un cri de rage. Un bouquin unique, autant par son contenu, parfois excessif, que par son style percutant et efficace.

On lit ce récit de A jusqu'à Z en une seule traite, tant ce qu'il raconte est passionnant, tant il est jouissif de lire une si belle écriture :

"Vingt ans après la fondation de SOS Racisme, Julien Dray écrirait : "Nous allons ramer, nous, socialistes, pour redevenir crédibles. Nous devrons assumer nos manques. Nous avons été bien incapables, malgré les intentions affichées, de donner leur place à tous ces jeunes Français issus de l'immigration."

"C'est le tocsin d'un amateur de montres qui ne fut jamais à l'heure de l'Histoire."

"(...) Une telle gauche peut mourir et elle meurt déjà".

A lire...