darcos.jpg Pour lancer la liquidation de l'Éducation nationale, et supprimer à la hache des postes d'enseignants et d'encadrement (pas loin de 30 000 postes), Sarkozy a fait appel au plus fidèle de ses soldats, le brave Darcos.

Faut dire que le Darcos connait la maison par cœur. Inspecteur général de l'éducation nationale, il avait quitté piteusement le beau métier d'enseignant suite à une accusation de fraude au bac dont il sera relaxé. Les gens sont méchants, pas étonnant qu'il ne se soit pas retenu pour imposer sa révolution conservatrice !

Depuis le Darcos est sinistre du travail. La semaine dernière, les médias dominants ont relayé sa campagne contre le stress en entreprise, inspirée des méthodes anglo-saxonnes, lesquelles ne stressent guère les entreprises.. Un vrai succès puisque la liste rouge répertoriant les entreprises les moins vertueuses a bizarrement disparu du site du ministère du travail !

Comme beaucoup de ses congénères confrères sinistres, le Darcos est tête de liste en Aquitaine, une région où la gauche est bien implantée. L'était pas trop chaud pour y aller, mais puisque Sarko lui a demandé...

Le Darcos est du coin.

Le Darcos connait du monde, beaucoup de monde.

Surtout à droite.

Du centre MoDem, il a été directeur de cabinet du ministre François Bayrou, à la droite extrême...

Le Darcos ratisse large.

Sa liste possède un site de campagne ainsi qu'un compte Flickr.

Le compte Flickr permet de démontrer en images combien le Darcos est populaire, bien implanté et actif dans la région.

jeunes_pops.jpg

L'une d'elles, ci-dessus, montre le Darcos entouré de djeuns' pops lors de la Convention régionale avec les Jeunes Populaires d'Aquitaine...

Ne sont-ils pas sympathiques tous ces djeuns' pops ?

Bien propres sur eux, de jeunes gens issus de bonnes familles... Les garçons ont des coupes de cheveux qui feraient passer Jean Sarkozy pour un beatnik attardé ! Notez que les plus audacieux portent un jean !

Jeunesse passera...

jeunes_pops_detail.jpg Si votre regard se déporte à l'extrême droite de l'image, au second rang, vous remarquerez qu'un djeun pop porte un curieux emblème :

Xavier Darcos, accompagné du maire de Bordeaux Alain Juppé, y est entouré d’une cinquantaine de ces « jeunes populaires d’Aquitaine », parmi lesquels cet adepte du « white power » arborant l’un des emblèmes de prédilection des mouvements néonazis qui se sont succédés depuis les années 40. (source : Parti de Gauche Midi-Pyrénées)

Décidément, l'UMP est prête à tout !