bp_le_cri.jpg

Cette catastrophe est également un véritable show médiatique avec une multitude de rebondissements !

Dès la bande-annonce, le téléspectateur comprend que la fuite est grave mais mineure - c'est TF1 qui le dit pardi ! - avant que la multinationale n'avoue la vérité en multipliant par dix les millions de tonnes d'hydrocarbures qui s'échappent des entrailles de la Terre.

Nous avons de bien belles images de rivages souillés, de faune et de flore mazoutées, d'autochtones en colère. Également, des tentatives de BP pour boucher la fuite ainsi que les déclarations contrites des dirigeants de la firme. Puis, les interventions incantatoires de l'administration américaine avec des Obama boys qui somment le mauvais élève BP de boucher le trou, de dépolluer les sites et de dédommager les pêcheurs ! L'incident diplomatique entre l'Angleterre et les USA est même plusieurs fois évoqué...

Oui, au début, l'optimisme est général. On sent venir la happy end... C'est Hollywood !

En effet, qu'est-ce qu'une banale fuite ? Surtout quand des génies affirment réduire le réchauffement climatique en balançant du soufre dans l'atmosphère, en créant un écran de miroirs ou en jetant des balles de polystyrène dans la mer ? Ou plus fou encore, en améliorant carrément l'être humain pour qu'il résiste à des conditions climatiques extrêmes ?

La techno-science allait résoudre rapidement cette banale fuite !

Sauf que... ça fait plus de trois mois que les grosses têtes cherchent un bon joint ou/et un écrou ad hoc !

En attendant, la firme maquille la réalité, soit en bidouillant les images avec Photoshop [1], soit en utilisant des produits très polluants pour cacher le pétrole de la surface de l'océan. [2]

L'arrêt de la fuite sera plus long que prévu, mais ne craignez rien, la firme réparera... D'ailleurs, c'est comme si c'était fait comme l'a déclaré le directeur général de BP :

«créer, restaurer, améliorer et protéger l'habitat de la faune le long des côtes de la Louisiane, du Mississippi, de l'Alabama et de la Floride (...). Nous pensons que cet argent aura un impact positif important sur l'environnement dans la région...»[3]

Ainsi, les eaux et les côtés américaines seront plus propres qu'elles ne l'étaient avant cette marée noire ! Fermez le ban, circulez y' rien à voir ! Que les khmers verts et autres intégristes écolos cessent de pérorer, un peu de décence ! Allons...

Le capitalisme vert accomplit des miracles ! Polluer pour dépolluer ! Fantastique ! Gaspiller pour préserver ! Sensass !

Mais, au-delà de la propagande communication officielle, cette catastrophe révèle combien la théorie du chaos, plus connue sous le vocable "effet papillon", a été "modernisée" par le capitalisme financier mis en place par les néo-libéraux...

Ainsi, démonstration est faite que :

« un simple battement d'aile d'un papillon mazouté aux USA peut ruiner de modestes retraités britanniques... »

Depuis le 20 avril dernier, le titre BP, entreprise privée et cotée en Bourse depuis 1987, a perdu près de 50% de sa valeur.

Pour assurer de meilleures marges, BP négligeait "un peu" la sécurité...[4]

Pas de bol pour les retraités britanniques, principaux actionnaires de BP par l'intermédiaire de fonds de pension qui tenaient le titre BP pour un placement « de père de famille » ! [5]

Les mêmes retraités britanniques paieront vraisemblablement un nouvel impôt pour "sauver" BP... [6]

Une double peine néo-libérale qui ne devrait pas trop grever le pouvoir d'achat du PDG de BP puisque sa future pension de retraite devrait s'élever à 584.000 livres par an ! [7]

Bientôt en France ?

Notes

[1] Le Figaro - BP pris en flagrant délit de trucage de photos

[2] Bakchich - BP, entreprise sado-mazout !

[3] L'Expansion-BP financera un fonds écolo avec le pétrole de la marée noire

[4] Le NouvelObs.fr - Un employé de BP affirme avoir signalé un problème de sécurité sur le puits de pétrole

[5] Le Monde diplomatique : Retraites et marée noire

[6] Médiapart : BP et la réforme des retraites : devine qui va payer ?

[7] L'Expansion - Les indemnités de départ du patron de BP en débat