eugene_varlin.JPG

Voici quelques morceaux choisis sur...

  • les médias dominants :

«Chaque fois qu'il y a quelque chose qui ne va pas dans le pays, la presse abreuve d'insultes le peuple de France, qui ne se comporte pas comme il faut, qui n'accepte pas la réforme, etc. Le truc le plus extraordinaire dans le genre, c'est quand Jean Michel Apathie affirme sur Canal + que les Français sont insupportables (...).»

  • la droite :

«Une des vérités du sarkozysme, c'est l'irruption de la violence. Dès l'origine, la montée en puissance du personnage est associée à ce processus. (...) Il a fait entrer dans le discours politique une brutalité et une vulgarité sans pareilles.»

  • la classe dirigeante :

«En France, comme ailleurs dans le monde occidental, la classe dirigeante s'abandonne à des concepts économiques complétement archaïques, comme le libre-échange. Elle est incapable de mettre en place un dispositif européen de protection économique qui permettrait la relance et la fin du processus de régression sociale.»

  • l'UMPS :

«Sur la question fondamentale, c'est-à-dire l'organisation économique des sociétés, la gauche et la droite sont totalement alignées. Elles se distinguent sur la gestion des conséquences. Or, on atteint aujourd'hui le point d'inflexion où le niveau de vie va commencer à baisser. »

  • le PS :

«Les socialistes (...) sont dans une posture de communiant. Sans doute n'ont-ils pas bien compris à quoi et à qui ils avaient affaire. Le langage de droite de Sarkozy est dans son époque, les socialistes n'y sont pas.»

  • l'autre gauche :

«Mélenchon, avec tout son côté brouillon, est dans son époque. Pour la première fois, on voit des gens de gauche se mettre au niveau de violence, réel ou virtuel, de la société. C'est pour cela que moi, consciemment, je m'astreins à parler brutalement, pour être en phase avec l'époque et l'adversaire.»[1]

Dommage que les journalistes n'aient pas demandé à Todd de préciser comment l'Union européenne, qui a toujours été libérale, pourrait devenir protectionniste... ni pourquoi il annonce qu'il votera pour le PS alors qu'il juge les socialistes en-dessous de tout... Mystères et boule de gomme : la prise de conscience est néanmoins là... Logiquement, le reste devrait suivre.

Notes

[1] Rue 89 - Emmanuel Todd : « Notre classe dirigeante n'est pas au niveau »