Parce que la culture n'est pas une marchandise, parce la culture relève de l'intérêt général, c'est au citoyens et à leurs représentants d'en avoir la responsabilité, et non au marché.

Quand le gouvernement s'attaque à l'École et au service public de la culture, c'est la République qu'il démantèle, et son idée d'émancipation individuelle et collective qu'il brise.

C'est pourquoi le Front de gauche appelle les citoyen-ne-s, les professionnel-le-s de la culture ou non, les membres d'un parti ou non à participer à la construction collective d'une alternative politique :

reunion_front_de_gauche_art_et_culture.jpg