fermeture256217.jpg

Colette Capdevielle vient de nous quitter. A l'instar de plus de 200 députés socialistes, elle a joyeusement participé à la débâcle finale du parti socialiste.

Colette n'est pas véritablement morte, mais politiquement sa jeune et tardive carrière de députée est dans une impasse.

fermeture25062017.jpg

Colette compte parmi les obscurs député-e-s de la précédente législature qui furent les fers de lance du hollandisme décomplexé et triomphant. Quelque part, c'était déjà la société civile qui débarquait à l'assemblée nationale, avec son expertise...

Au moindre claquement de doigts de son président de groupe, le sympathique et honnête Bruno Le Roux, cette vaillante petite soldate de la hollandie montait à la tribune et prenait d'assaut le micro pour clouer le bec à l'opposition de droite et de gauche, aux collectifs de citoyens et aux syndicalistes.

fermeture2506217.jpg

C'est que - putaingue congue - on ne la lui faisait pas à Colette ! Elle aurait repeint Jaurès en réactionnaire ! C'est ainsi que Colette eut son heure de gloire lors du débat parlementaire portant sur la loi Macron, en particulier sur le travail dominical.

Colette avait des arguments chocs : les parisiens contre les provinciaux, les musées contre les supermarchés, etc... Du genre : en province, la culture se pratique au supermarché le dimanche ! Vous n'allez tout de même l'interdire !

fermeture250617.jpg

C'est que Colette, elle était pour la liberté totale !Et tant pis, s'il y a des renards libres dans le poulailler ! A priori, les citoyen-ne-s de sa circonscription de Bayonne n'ont pas apprécié d'être réduits à des consommateurs aliénés, incapables d'aller ailleurs qu'au supermarché !

Ironie de cette petite histoire, Colette a été battue par une députée investie par le mouvement de Macron. Macronienne avant l'heure, cette défaite lui donnera entière liberté de méditer sur les convictions, la fidélité et la trahison.

fermeture2562017.jpg