Depuis le krach de 2008, les dirigeants politiques des plus grandes puissances économiques se sont maintes fois réunis en G8 ou G 20 pour limiter les effets de la crise, réglementer les marchés financiers, interdire les paradis fiscaux ou moraliser le capitalisme... Pour rien. Pire encore, l'idéologie néo-libérale a davantage étendu sa domination...