Le premier sur Remuons nos méninges : Pauvres classes dominantes.

On lit notamment ceci :

"La popularité de l'essayisme philosophique de Peter Sloterdijk a, depuis le début, partie liée avec la montée en puissance d'un milieu social qui professe pour tous les phénomènes relevant de l'Etat-providence capitaliste le plus grand mépris, sans proposer pour autant la moindre alternative.(...) Dans ce milieu journalistique, dans les officines où s'écrivent les pages culturelles et littéraires des journaux, (...) tout le monde était d'accord : la mentalité d'assistés typique de l'ère social-démocrate était vouée à disparaître. Avec des masses trop assistées et dépendantes de la main ouverte de l'Etat, pensait-on, comment engendrer une pensée ou un style de vie énergiques ? (...) Finis les réquisitoires prononcés au nom des damnés de la terre ; il fallait retrouver le courage spirituel de mettre à bonne distance le jargon de la misère sociale. (...) De sa conception "politico-psychologique" de l'éternel retour de la lutte entre privilégiés de droit et envieux mal lotis, il fallait bien tirer quelques conséquences (...) rendre enfin leur dû aux plus favorisés, afin qu'en leur rendant leur fierté ils retrouvent l'occasion de prodiguer leurs bienfaits vers le bas. La traduction politique d'un tel programme, c'est - on se frotte les yeux - la "grève de l'impôt"."

affichesfdg.jpg

Le second sur La lettre volée L'auteur revient dans un billet savoureux sur le dernier édito de Joffrin dans Libération de rothschild. Comme souvent chez Joffrin, ça tape plus sur la gauche que sur la droite... dans le pur style de "vive la crise", pour finalement se ranger aux idées de la droite.

Joffrin est l'incarnation à lui tout seul de la défaite idéologique de la social-démocratie... Nous remarquons que ledit Joffrin fait preuve depuis quelques temps d'une certaine complaisance vis-à-vis de Besson... On se rappelle que ce dernier fut même interviewé sur l'avenir de la gauche...!

Le lundi, Jojo publie un édito contre les expulsions commandées par Besson, le mardi il dénonce les rafles recommandées par Besson, et le mercredi il salue le débat sur l'identité nationale initié par Besson ! Ce gauchiste de salon préfère collaborer avec le ministre de la préférence nationale en vantant une initiative qui occulte les questions sociales.



Chapeau bas au journaliste sarko-compatible, un bel exemple de relativisme politique et intellectuel... qui nous rappelle le premier article sur les pauvres classes dominantes...