propagande.jpg

Des éditocrates et politiciens socialistes, représentants du bon goût, du savoir-vivre et de la démocratie sont allés jusqu'à formuler des accusations [1]en antisémitisme en bidonnant ses propos. [2]

Cette attaque cousue de fil de blanc qui s'est retournée contre leurs auteurs [3] devait remplir 3 objectifs :

  • déconsidérer le Front de gauche quitte à travestir les faits pour le ranger aux côtés du Front national. Il s'agissait d'étayer la théorie scandaleuse du populisme et des extrêmes qui se rejoignent.[4]
  • empêcher tout débat contradictoire sur l'Europe, l'euro et la politique néolibérale qui mène à la catastrophe économique et sociale.
  • soutenir les décisions illégales, antidémocratiques et agressives de la BCE et de l'europgroupe relatives à Chypre. Ils n'ont pas évoqué l'inobservation de certaines règles décisionnelles (notamment celle du consensus), le mépris des décisions du parlement chypriote ou la menace de blocus qui s'apparente à un acte de guerre.

tournez_la_page_ue_neoliberale.jpg

J.-L. Mélenchon peut paraitre excessif et provocateur dans son expression, mais comment se faire entendre et passer le filtre des nouvelles formes de censure [5] pour créer le débat et susciter l'intérêt des citoyen-ne-s alors que les médias dominants, aux mains de l'oligarchie et financés en partie par l'État, font la promotion de la politique de l'UE, conduite alternativement par la social-démocratie et la droite !

Dans ce contexte médiatique où le débat politique est confisqué par les forces soumises au néolibéralisme, il ne faut pas s'étonner du désintérêt général pour la politique qui se traduit par de forts taux d'abstention.

A quoi bon voter PS puisqu'il poursuit la politique économique et antisociale de la droite ?

Ne pas s'étonner non plus que l'abstention ne profite qu'au Front national. Le FN qui mobilise plus son électorat que les autres formations, bénéficie aussi de la banalisation de ses idées par l'UMP et la droite du PS, ainsi que de la complaisance des médias dominants depuis le remplacement du père par la fille.

Dimanche dernier, le taux d'abstention s'est élevé jusqu'à 65 % dans l'élection législative partielle de l'Oise où l'UMP n'a devancé le FN que de 789 voix.

D'ailleurs, les médias dominants et la galaxie socialiste ont été d'une discrétion troublante sur ce scrutin alors que son analyse objective est susceptible de fragiliser bien des certitudes. Mais, c'est tellement plus simple et confortable d'affabuler et de dénigrer le Front de gauche.

En effet, il ressort principalement de cette élection que les 2/3 des voix gagnées entre les 1er et 2d tours (6000 voix) par la candidate frontiste viennent de l'électorat du parti socialiste. Précisément, 40 à 45 % des citoyen-ne-s qui ont voté au 1er tour pour le PS ont glissé un bulletin de vote FN au 2d tour [6].

Il faut retenir également que les reports des voix du Front de gauche au FN sont deux fois moins importants que dans l'électorat socialiste : comme quoi, la théorie du populisme et ses extrêmes qui se rejoignent et se ressemblent n'est qu'une fable.

Si la direction du PS et le gouvernement Ayrault ne changent pas rapidement d'orientation politique, les socialistes ne seront pas à l'abri d'un autre 21 avril. Sauf que la prochaine fois, il n'est pas certain que le Front républicain fasse barrage au FN. [7]

De ce week-end, nous retenons que pendant que certains éditocrates, militants ou sympathisants socialistes et de droite tentent de salir le Front de gauche, l'extrême droite progresse encore ! Bravo les pyromanes !

stop_.GIF

Notes

[1] ou un "questionnement" sur l'antisémitisme comme l'écrit Quatremer chez Nathanael, Le cri du peuple - Les étranges obsessions de Quatremer

[2] Michel Soudais - Ce qu’a VRAIMENT dit Mélenchon...

[3] Quatremer est sorti de son Apathie

[4] un modèle du genre d'amalgame : Mélenchon, ou l'autre Front d'une même triste pièce

[5] La guerre c'est la paix, la précarité c'est la sécurité...

[6] Joel Gombin - que s'est-il passé dans la 2ème circonscription de l'Oise ?

[7] Authueil - L'Oise, le FN et le PS