Finalement, nous ne ferons pas l'impasse sur cette élection parce que Hénin-Beaumont a révélé que la République est malade. Gravement malade. Malade de corruption, de pauvreté, de précarité, de désespérance sociale, d'inégalités, de clientélisme politique, de vote utile, de médias dominants complaisants... Toute cette sale histoire en rappelle une...