fdglogogauche.jpg Son analyse détaillée des élections européennes montre que le refus du NPA de rejoindre le Front de gauche a coûté extrêmement cher à la gauche.

En additionnant les voix du Front de gauche et du NPA, sans tenir compte d'une probable dynamique de campagne, la gauche de la gauche serait devenue la 4ème force politique du pays à quelques points seulement des Verts et du PS...

Le paysage politique aurait changé.

Le FN n'aurait plus un seul élu au Parlement européen (exit les Le Pen !), et accessoirement Brice Hortefeux, l'un des symboles de la sarkozie répressive et régressive, n'aurait pas été élu.

Le Front de gauche à plus de 10 % (12 élus au lieu de 5) aurait imposé ses thèmes dans le débat, notamment le bouclier social et la planification écologique.

Cela aurait constitué une révolution pour toute la gauche, PS y compris, que de remettre en cause le social-libéralisme et de tirer un trait final sur l'échec de la social-démocratie...

Une occasion a été manquée mais démonstration est faite que l'unité de la gauche radicale est plus que jamais nécessaire pour changer la donne.